Rôti Maillot

Le 16 mai 2015 j’ai eu 27 ans. Le 16 septembre 2015 je suis retournée à l’école.

Coïncidence ? Je ne pense pas.

Alors voilà ça y est, je retourne en classe après avoir quitté les bancs de la fac un 31 mai 2010 (un truc comme ça, je n’ai encore pas réussi à remonter le temps).

Il_Parait_que_cest_la_rentrye_des_classes.

 

Mais… Je vais être la « vieille » de la bande ? On va m’appeler maman ? On va s’attendre à ce que j’apporte les gâteaux d’anniversaire ? On va me demander de tricoter des pulls ? Stop, stop. Même si vie sociale et vie scolaire sont étroitement liées, aux dernières nouvelles j’y vais avant tout pour travailler (j’ose espérer que mes futurs camarades aussi !).

 

La veille de ma rentrée je ne suis pas stressée. Mon cartable est prêt. Mais je me pose quand même beaucoup de questions …

Est-ce bien raisonnable ?

Le jour de la rentrée j’arrive dans cette belle Université. J’ai acheté des fausses lunettes à 5€ chez Claire’s pour avoir l’air de la meuf qui réfléchit. J’arrive donc en avance et j’attends devant la salle 5. Enfin, non. Dans l’ordre c’est plutôt :

1 – Je me perds pendant 20 minutes dans ces couloirs, ces coins et recoins de cette PUT*** d’Université.

2 – J’arrive à trouver la Salle 5. Je m’arrête, je m’essuie le front et le cou avec ma manche, je crache mes poumons, je souffle.

3 – J’attends devant la salle 5.

J’observe, nous serons donc une trentaine. 3 hommes pour 32 femmes. Folie féministe, folie féminine.

retraite

 

Une fois installée déception totale. On n’est pas dans un amphi, y’a pas de micro pour les profs ! Et y’a pas le beau gosse du premier rang qui pense de manière follement sexy ! Ça ne va pas du tout !

Ma rentrée prend une autre tournure, la moyenne d’âge doit être de 35 ans. Les jeunes étudiantes sortent leur ordi, tablettes, dictaphone … Moi je sors ma trousse jaune et bleu, mon cahier avec des ananas dessus et mon stylo avec une tête de hibou. Cherchez l’erreur.

 

stylo_chouette_hibou

 

La situation m’échappe complètement. Cette année va falloir bosser. Pas de soirées étudiantes en perspective et des cours le samedi matin. On me parle de dossiers de presse, de stage, de « Mémoire professionnel » … Aïe ça va piquer !

Je me lance, pendant une année Universitaire, autant vous dire 7 mois à peine, dans cette licence professionnelle dans le conseil à l’insertion professionnelle (ironie ?) avec une seule rengaine en tête : Défonce toi, on apprend de tout. Et j’y crois, je me suis donnée à fond pour entrer dans ce cursus, j’ai fait plein de concessions pour avoir l’opportunité d’avoir un meilleur travail (oui, ne levez pas les yeux au ciel, j’y crois), et en plus j’ai un stylo hibou (bleu qui fait de la lumière et le son du hibou quand on lui appuie sur la tête). Il ne peut rien m’arriver, j’avance.