Rôti Maillot

Jean-Enculé

FullSizeRenderSalomé

Nous sommes devenues deux femmes. Deux femmes actives, intéressées et intéressantes. Nous avons, aujourd’hui, un réseau de connaissances assez large. On rencontre des gens un peu partout : au boulot, aux expos, aux concerts, au bar. Nous avons toujours eu la langue bien pendue. Nous avons su, avec le temps, commencer à contrôler notre débit de parole. Et puis, comme nous sommes représentatives du « Toujours plus », on s’est penché sur la question des sites de rencontres … (vous pouvez d’ailleurs trouvez par ci par là quelques articles là dessus).

Depuis quelques temps nous nous retrouvons face à des situations peu communes, surtout face à de grossiers personnages. Et nous avons trouvé, ensemble, LA solution pour ne pas casser des dents. Et surtout se dire que nous faisons partie de la catégorie supérieure ;-).

 

Tiphaine

Oui, parce qu’on aime aller vers de nouveaux horizons, découvrir de nouvelles personnes. Nous sommes persuadés que cela peut nous élever intellectuellement. Mais aussi spirituellement. Bon ok je m’emballe. Mais ça peut changer les choses je pense. On voit différemment notre monde. On découvre de nouveaux univers. Les sites de rencontre permettent de faire tout cela en version accélérée. Personnellement, j’ai toujours aimé cette multitude, baisser les barrières de la timidité parfois et oser. Oser parler à n’importe qui.

Parce-que oui, parfois, on tombe sur n’importe qui. Vraiment n’importe qui.

 

Salomé

C’est dans cette volonté « d’ouverture » que lorsque je me rend à un premier rendez-vous, je ne me dis pas « Aujourd’hui je rencontre l’homme de ma vie ». Non je me dis plutôt « Aujourd’hui je vais surement rencontrer quelqu’un de cool. Ou pas. » Et oui Messieurs.

Dimanche, après avoir passé l’après-midi ensoleillée avec une de ces nouvelles rencontres, j’appelle Tiphaine pour lui raconter. Je raccroche. J’envoie un sms à ce petit mec sympa qui fêtait sa première rencontre via un site de rencontre : « Alors, ton analyse complète de cette première fois ? » Message humoristique pour dédramatiser la chose vous l’aurez tous compris. Ah oui mais non pas tous… Réponse : « Si il se passe quelque chose entre toi et moi, je pense que ça ne durera pas ». Parce que forcément j’ai envisagé quelque chose avec toi ? Parce que forcément j’en ai trèèèèèèès envie, puisque j’ai forcément trèèèèèèèèèèèèès faim étant donné que je suis sur ce site ? SMS Tiphaine, explications.

 

Tiphaine

Alors que ma pote Salomé rencontrait le non-homme de sa vie, mais juste peut-être un mec sympa, moi j’avais rencontré quelques jours plus tôt un doctorant en philo. J’ai tout de suite su que ce serait non. Quand j’ai vu sa gueule en fait. Il puait le mépris, la suffisance et l’auto-congratulation. Et puis il a commencé à parler. Et c’était encore pire. Mais je me suis retenue et j’ai souri. Beaucoup. Et j’ai essayé d’enclencher le mode « je te regarde à peine et surtout je ne t’écoute pas ».

Je sais c’est mal, mais est-on obligée de toujours se forcer. J’en doute. J’assume totalement de ne pas plaire à tout le monde et que tout le monde ne me plaise pas. Alors j’ai avorté le rendez-vous. J’ai prétexté rejoindre une amie. Ne me jetez pas la pierre, Pierre, on l’a tous fait. Un jour. Et puis j’ai envoyé un message pour dire, que non, on ne se reverrait pas parce que j’avais vraiment l’impression qu’on était pas sur la même longueur d’onde. Et puis j’ai quand même été gentille et j’ai mis les formes. Et puis, on n’est vraiment pas obligé de se forcer, un premier rendez-vous, certes on se teste, on peut devenir pote et puis il y a des gens que l’on ne sent de toute manière pas.

Et puis j’ai reçu ça.

Capture d’écran 2015-01-26 à 15.16.26

 

Et là, je me suis dit qu’on était pas tous égaux devant la méchanceté et la connerie. Vraiment pas tous.

Et ça a continué. Je m’en suis pris plein la gueule, par écran interposé, parce que j’ai eu l’audace de dire à un mec qu’il ne me plaisait pas. Alors selon lui, je ne suis donc qu’une « salope » qui cherche à « se faire sauter par un mec de 20cm de plus qu’elle ». Je pense que ce garçon a clairement un problème avec sa taille. Mais au-delà de ça, ce type, ce pauvre type m’a fait mal au coeur. Je disais l’autre jour que j’assumais qui j’étais et que j’étais reconnaissante de notre génération libre, libérée et assumée.

C’est encore le cas, rassure-toi. Mais j’ai encore du mal avec les cons.

SMS à Salomé évidemment. Et là, sérieusement je me dis mais « Mais qui sont ces gens ! »

giphy

Salomé

Mais oui , QUI SONT CES GENS ? Mesdames (et Messieurs d’ailleurs) je tiens à rétablir la vérité. Jean Enculé, n’existe pas que sur les sites de rencontres. Je plante ici un nouveau décor : Rentrée septembre 2014, nouvelle équipe au boulot. Je travaille avec ce nouvel énergumène depuis 3 jours quand il invite toute l’équipe à boire un verre chez lui. Je ne suis pas trop after work entre collègues, surtout quand je n’ai absolument aucune affinité visible avec les membres de cette dite « équipe ». Dans un soucis d’intégration et de politesse, j’accepte. Arrivée depuis environ 1h et alcoolisée de 2 rhum coca, j’entends ce collègue me glisser dans la conversation, d’un air détaché, serein, sûr de lui : « Mais toi de toute façon, on le voit tout de suite que tu as un ego surdimensionné ». Et voilà ce que j’aurais dû lui répondre : « Mais qui es tu ? ». En effet qui sont ces gens qui se permettent de dire la première connerie qui leur passe par la tête sous couvert de « Je suis quelqu’un de franc et d’honnête »? Non tu es juste con et dénué d’empathie. Nuance.

giphy-1

Tiphaine

Et puis, il y a le mec que j’ai rencontré en soirée. Le petit journaliste sympa, qui fait des documentaires. Et qui est mignon. Et à qui j’ai envoyé le texto priceless destiné à mon amie. Celui où je dis que je voudrais bien que enfin voilà quoi. Je vais pas vous faire un dessin. Et puis, une chose en entraînant une autre, on se re-retrouve, on s’embrasse et tout le tralala et puis tout d’un coup. Il me dit « j’y arrive pas ma grande », se lève, se rhabille et se casse. En environ 1 minute 15 secondes. Sans excuses. Et avec le tact d’un chameau.

Et là aussi, en fait, j’aurai dû lui dire « Mais qui es-tu ? » quand il m’a envoyé un message le lendemain pour savoir si j’allais bien. « Mais qui es-tu, toi, mon grand ? »

giphy-2

En choeur

Parce que oui. Qui sont ces gens pour nous parler comme ça ? Qui sont ces gens qui n’ont pas appris les bonnes manières ? Qui sont ces gens qui ne peuvent pas bander ? Qui sont ces gens qui se permettent de juger ? Qui sont ces gens qui pensent à notre place ? 

Ne cherchez plus, nous avons pour vous la solution pour réagir face à ces humains à l’intelligence limitée. N’hésitez plus à leur répondre, dans le calme et la volupté, « Mais qui êtes-vous? » Vous verrez. Ça marche, enfin on croit.