Rôti Maillot

Dark Passenger

Beach view by Alex Talmon

Tu fais les mauvais choix, on t’en veut, on s’inquiète pour toi. Et toi tu continues. À faire les mauvais choix

Tu sais très bien qu’ils sont mauvais. Mais tu as besoin d’avancer en souffrance et en te cassant la gueule. T’es comme ça. T’es une écorchée vive. Y’en a qui savent. D’autres non. Tout le monde ne comprend pas. Peu comprennent. Peu acceptent que tu fasses les mauvais choix et que tu t’infliges cette souffrance.

Comme si ça te faisait plaisir, tu cours toute nue dans la gueule du loup. Tu agis, tu ne réfléchis pas. Tu ne réfléchiras pas après non plus. Parce que tu assumes. Tu assumes de faire les mauvais choix. De te casser la gueule. De te faire mal comme une grande. Tu ne te retournes pas. T’es comme ça, c’est comme ça que tu te façonnes. Par la souffrance.

Et puis parfois, dans cette souffrance, tu trouves une part de réconfort, comme si tu y étais bien dans cette souffrance. Finalement. Comme si malgré tout, elle te faisait du bien. Elle te rassure.

T’as grandi avec elle. Tu pourras jamais la quitter.

Et t’as quand même le sourire. Parce que mine de rien t’es quand même heureuse, même quand tu souffres. T’es heureuse même quand tu sais que t’auras mal après. T’es heureuse parce que pendant quelques heures tu souffres quand même pas. Parce que pendant quelques heures, parfois seulement quelques minutes, c’est agréable et réconfortant. Parfois.

C’est pour ce parfois que tu t’imposes une souffrance que certains ne comprennent pas. Mais tu en as besoin.