Rencontres

Rencontre avec Cléa Vincent

627513-portrait-clea-vincent

J’ai rencontré Cléa Vincent il y a quelques semaines maintenant. Au Café Charbon. En plein hiver. Il faisait froid, les joues rosies par les températures négatives, je suis entrée dans ce bar et j’ai rencontré une fille, une femme fraîche, dynamique et envoûtante.

Assises toutes les deux, j’ai très envie eu envie de devenir sa copine, son amie et sa groupie.

Pas encore trentenaire, Cléa a débuté la musique de manière insouciante comme elle dit. À l’époque en faculté d’économie, elle joue du piano (depuis toujours à vrai dire) et pose ses mains et sa voix au Pop In. C’est là que tout a démarré, les scènes ouvertes, les rencontres avec d’autres musiciens et notamment avec KIM. KIM l’a poussé, lui a fait confiance, lui a donné confiance. Il dirigeait les scènes ouvertes du Pop In. KIM vit de sa musique depuis plus de 20 ans, c’est pour Cléa un modèle. On apprendra d’ailleurs au cours de l’année qu’elle participe au dernier de KIM. Un bel hommage donc !

clea-vincent

Bercé entre le jazz, l’électro des années 90 et les musiques brésiliennes, Cléa Vincent développe son propre style. Des chansons sur l’amour, une pop fraîche, mélancolique et électro, une voix particulière, un rythme qui ne va qu’à elle. Bref, elle a son univers et c’est ce que l’on aime chez elle. Ses partitions sont colorées, on s’y sent bien, comme dans un écrin de sucre mais pas guimauve coulant.

Elle alterne séances de travail et périodes de scènes. Elle revient tous les six mois avec des EPs décomplexés, novateurs et dansants. Elle est émue dans Chateau Perdu, on l’est encore plus quand on l’écoute. Cléa Vincent représente avec brio l’héritage de notre génération de jeunes trentenaires mélés aux nouvelles vagues que l’on entend depuis plusieurs années. Personnellement je me retrouve dans sa musique, dans ses paroles, dans ses clips.

 

Si vous voulez la découvrir en concert, bonne nouvelle ! Elle sera en concert le 26 Mars 2015 à l’Eglise Saint Eustache à Paris de 19H30 à 22H30.
Vous pourrez trouver toutes les informations ici notamment.

 

Je lui ai aussi posé les 3 questions de rigueur :

Si tu étais un gâteau, tu serais quoi ?

Une religieuse au café. La première partie : le petit chou ; la seconde partie : pouvoir se gaver avec la fin ! On est bien calé avec une religieuse, comme avec un concert. Les deux sont bons pour le moral.

Dans tes poches, il y a quoi ?

Ma set list, et un verre de vin !

Le mot de la fin ?

Se donner !