Cinéma

Victoria

Synopsis :

5h42. Berlin. Sortie de boîte de nuit, Victoria, espagnole fraîchement débarquée, rencontre Sonne et son groupe de potes. Emportée par la fête et l’alcool, elle décide de les suivre dans leur virée nocturne. Elle réalise soudain que la soirée est en train de sérieusement déraper…

Réalisé par : Sebastian Schipper

Casting :
Laia Costa
Frederick Lau
Franz Rogowski
Burak Yigit
Max Mauff

Durée : 02h14min

Sortie le : 1 juillet 2015

201505757_41

Ma critique :

5H42 – 7H56
2H14 pour que votre monde bascule, pour que celui de Victoria, Sonne et les autres basculent aussi.

Victoria, c’est l’interprétation de la grâce, c’est la représentation d’un monde où tout se fait silence quand on voudrait crier, où tout est beau quand cela pourrait être laid. Victoria nous pousse dans nos retranchements, nous donne envie de la remettre dans le droit chemin et en même temps c’est aussi la curiosité de voir jusqu’où tout ceci va nous mener.

Victoria, c’est une prouesse cinématographique. C’est un seul plan-séquence, 2h14 de tournage non-stop, seulement 12 pages de scénario et des dialogues pour la plupart improvisés par les acteurs. C’est un braquage orchestré par Sebastian Schipper. C’est une mise en scène haletante et captivante.

Victoria c’est à la fois un film rapide, posé, violent et tendre. C’est un film équilibré, captivant, bouleversant. Renversant.

Victoria, c’est une musique éditée avec une justesse remarquable. Qui nous emporte dans les moments les plus fous, nous apaise dans les moments violents. Cette ambivalence de l’action et du son nous emmène dans nos propres retranchements.

Victoria c’est une comédie romantique, une soirée entre copains, une jeune espagnole qui danse dans un club berlinois et qui se transforme en un enchainement de mauvais choix, en un thriller en temps réel. Nous sommes confrontés à une expérience cinématographique qui ne laissera personne indemne mais aussi à la vie. Car c’est cela qui se passe, nous avons l’impression de faire ces choix. On veut comprendre, tester, les suivre et vivre ces 2H14 avec eux.

Sebastian Schipper signe ici, à 47 ans, une révolution cinématographique que vous ne devez manquer sous aucun prétexte.

 

Prendrions-nous les mêmes décisions ? Nous laisserions-nous embarquer dans ce tumulte ? Nous avons tous, un jour ou l’autre, pris de mauvaises décisions. Nous avons tous, un jour ou l’autre, été confronté à des choix sans précédents mais nous n’avons pas tous été confronté à l’irréparable. 

 

201505757_6

maxresdefault

victoria-Sebastian-Schipper-adopt

victurl