Cinéma

Un Homme Idéal

Synopsis :

Mathieu, 25 ans, aspire depuis toujours à devenir un auteur reconnu. Un rêve qui lui semble inaccessible car malgré tous ses efforts, il n’a jamais réussi à être édité. En attendant, il gagne sa vie en travaillant chez son oncle qui dirige une société de déménagement…
Son destin bascule le jour où il tombe par hasard sur le manuscrit d’un vieil homme solitaire qui vient de décéder. Mathieu hésite avant finalement de s’en emparer, et de signer le texte de son nom…
Devenu le nouvel espoir le plus en vue de la littérature française, et alors que l’attente autour de son second roman devient chaque jour plus pressante, Mathieu va plonger dans une spirale mensongère et criminelle pour préserver à tout prix son secret…

Réalisé par : Yann Gozlan

Casting :
Pierre Niney
Ana Girardot
André Marcon
Valeria Cavalli
Thibault Vincon

Sortie le : 18 Mars 2015

un-homme-ideal-pierre-niney


Ma critique :

Un film surprenant, mêlant un thriller angoissant et quelques notes d’humour. Face à la volonté de devenir célèbre et édité, Mathieu va aller jusqu’au mensonge. Quand tout devient compliqué, il entre dans une spirale mensongère. Ok on a le pitch. Mais il a quoi de mieux ce film ?

Je le redis, mais ce film est surprenant. Frais et vrai. Outre le thriller stressant et qui nous met mal à l’aise, ce film est parfois ponctué de sourires. Et de mélancolie. De destins tragiques. De changements de vie. De mauvais choix. D’envies. De passions. D’amour. D’humour. De vie normale. De vie rêvée. De vie fantasmée. De retour terrible à la réalité. De tristesse. De stress. De coup de foudre.

Un Pierre Niney charismatique et fragile à la fois. Une Ana Girardot sublime et emblématique. Elle incarne la grâce et le charme à souhait. Il incarne la soif d’écriture et de la vie rêvée.

Dans un décor idyllique, le film se déroule en grande partie dans un presque huis-clos, ce qui nous donne cette impression d’étouffement dans les situations les plus stressantes. La direction artistique, la photographie de ce film tranche avec l’ambiance stressante. La lumière nous induit si souvent de bons moments alors qu’il n’en est rien. Cette ambivalence aussi bien présente dans le scénario que dans l’image nous accompagnera dans toute l’histoire de Mathieu Vasseur. La mer nous laisse parfois respirer et reprendre nos esprits pour au final être de nouveau pris dans la spirale de Mathieu. On halète et on se demande où l’on va mais surtout jusqu’où il est capable d’aller.

Que devient-on quand tout se casse la gueule ? Qu’est-on capable de faire ? Jusqu’où sommes nous capable d’aller ?

 

312767.jpg-c_640_360_x-f_jpg-q_x-xxyxx

maxresdefault

ob_86135b_4-1hi-0501

un-homme-ideal-photo-54c8cd4ddcf70